Croire en ses rêves

07/11/2017

Nostalgie des années 80.
On se plonge dans l'univers Flashdance.

Nostalgie de revivre une jeunesse. 

Ils sont où nos 18 ans ?

Nos rêves de gamin, bordel ???

On les a pendus dans un vestiaire de danse ?

Ou on les a oubliés sur le banc d'une école ?

Sont-ils restés comme un vieux chewing-gum collé à la fesse du plus minable de la classe ? 
Est-ce qu'on les trouve sous le sabot d'un cheval?

Quand je regarde le film Flashdance, au passage avec l'échec de la patineuse, je pleure... Cela fait écho à toute mon adolescence... Je me souviens de mon acharnement pour être cavalière...

Tu le vois ce moment, celui où tu es en tête d'un des plus gros concours de saut d'obstacle de ta vie?

Le moment où ton père fonde tous ses espoirs sur toi. 

Le moment où tu t'es acharnée des années dans le froid, 5 heures par jour, tous les jours depuis ton plus jeune âge, et que tu vas, enfin, réussir.

Et ce moment, de drame, où tu tombes lamentablement au dernier obstacle, où tout s'écroule comme un château de carte en pleine tempête...

Ce moment où quand tu descends de cheval, tu vas te cacher...

Loin.

Loin de ton père. 

Loin de ton cheval.

Loin de la foule. 

Et où tu pleures, seule, de honte...

Ce souvenir, qu'on a tous vécu...

Où notre dignité est laminée, où nos espoirs étaient trop gros, où notre envie avait pris le dessus sur tout le reste....

 

 

Si on prenait tous un moment pour les laisser remonter nos rêves d'enfants...

Si on se replongeait dans l'émotionnel, dans le ressenti de tout ce qu'on a traversé et qui nous définit aujourd'hui comme être humain.

Avez-vous suivi vos rêves ?

Ou avez-vous abandonné pour laisser la place à de nouveaux qui ont grandi ?

Qui est réellement allé à fond dans sa passion ?

Qui n'a pas fait de concessions regrettables ?

Qui assume coûte que coûte ce que lui dit son coeur, comme les deux héros du film ?

Qui ne s'est pas fait broyer par ses besoins financiers ?

Qui s'est affranchi du goût de ses proches ?

Qui n'a pas renoncé face à la difficulté ?

Qui a commencé à baisser les bras, mais secrètement y croit encore ?

Et si on décidait de laisser remonter à la surface nos anciennes déceptions, nos casseroles, nos échecs ?...

Cela nous aidera peut-être à relativiser et à trouver la force de se réaliser aujourd'hui ?

Car l'échec et la réussite ne sont pas importants, ce qui compte, c'est de faire ceux qui nous font vibrer...  

"Qui vous a dit que la victoire était bonne?
Moi, je prétends que l'échec n'est pas moins bon, 
que le batailles se perdent comme elles se gagnent, du même coeur. (...)
Bravo à ceux qui ont échoué !
A ceux dont les vaisseaux ont sombré dans la mer !
A ceux qui, dans la mer, se sont-eux mêmes noyés !
Aux généraux victimes des combats, à tous les héros défaits !
A toute l'innombrable double des héros inconnus égaux des plus connus dans la gloire !"

Walt Whitman.

Envie de profiter un max, échec ou réussite même combat, ce qui compte, c'est l'expérience, le moment présent, la création, la jouissance...

Et même si des rêves se sont effondrés, il nous en reste encore pleins à portée d'ailes !!!

Qui veut continuer à VIVRE PLEINEMENT avec moi ?

Credit : @amandinemaugy / Photo by  @laurenceguenoun 

 

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload

​© 2017 - Kym-Yoga - Créé par Kym Thiriot -

kym@kym-yoga.com